LAND ART

Le Land Art apparaît dans les années 70 aux États-Unis avec l’émergence de mouvements avant-gardistes, redéfinissant complètement les notions d’œuvres et d’art, rejetant jusqu’au concept d’œuvre d’art en tant qu’objet esthétique.

Un certain nombre d’artistes ont pour objectif de « briser les cadres » et de transgresser les frontières entre les différents arts. Ils conçoivent leur art comme le témoignage de leur contestation de « l’ordre établi » et de l’appareil culturel, dont l’institution muséale. Ils refusent  la marchandisation de l’art et l’élitisme de son marché.  Leur désir est de réinventer des formes et des lieux d’expression pour donner à leurs créations des espaces nouveaux, naturels ou urbains.

Mes aspirations et mon travail s’inscrivent dans cette philosophie.

 

Une phase d’étude me permet d’appréhender l’espace et tous les éléments constituant le site dans lequel j’interviens.

Je prends en compte à la fois les facteurs sociaux, économiques, historiques, géographiques, écologiques, artistiques et psychologiques qui façonnent un paysage afin de concevoir des projets cohérents, durables, qui expriment les particularités et l’identité d’un site.

Par la suite, je cherche à repérer, identifier un élément fort ou discret du site qui peut symboliser, synthétiser, définir à lui seul l’espace.

Mon travail consiste à le révéler pour le mettre en évidence et  sublimer le lieu.

Enfin, durant la conception, cet élément marquant est illustré sous forme d’oeuvre naturelle pérenne ou éphémère.

J’utilise des matériaux issus de la nature (bois, terre, pierres, sable...), je creuse, déplace, transporte, griffe, trace, plante…

Je revisite des contes, mythes, croyance, légendes et symboles religieux ou philosophiques pour sensibiliser le visiteur à la nature. Celle-ci devient un lieu d’écoute, d’observation, impose un rapport au temps et donc à soi-même.

 

En donnant naissance à une œuvre in situ soumise aux conditions de la nature, je tente d’établir une communication, un dialogue poétique entre l’homme et la nature. De cette approche très conceptuelle de la pratique artistique surgit des « forces naturelles  et  spirituelles ». C’est une invitation empreinte d’humanisme à prendre le temps, à se reconnecter avec la terre et l’environnement, à contempler la nature avec un oeil nouveau.

Extraits des textes de présentations (textes complets disponibles sur simple demande)

20190607_184912.jpg

"Failles"

(..) Un parfait équilibre s’opère. Le minéral et le végétal semblent dialoguer au plus profond de leurs entrailles. (..)

image 2.JPG

"Hedera II'

"Le temps te construit des racines" Antoine de St Exupéry (Citadelle)

fantomatique.JPG

"Fantomatique"

Dans la tradition taoïste, le pêcher est un symbole d'immortalité. 

IMG_20210703_101453.jpg

"L'Homme de boue"

« Il faut aimer la nature et les hommes malgré la boue. » Jules Renard

scarpoletta.JPG

"Scarpoletta"

Appelée scarpoletta par les Italiens et oscillum par les latins, la balançoire devient en français « escarpolette ».

IMG_20210703_124113.jpg

"Salix Aurea Fonte"

(...) « Salix Aurea Fonte » revisite la légende du lieu autrefois nommé « Aurea fonte » : La fontaine d’or. 

eboulis.JPG

"Eboulis"

« Par son silence, un mur peut révéler beaucoup de vérités. » Zhang Xianliang 

IMG_20210703_175703.jpg

"Homo Sylvestris"

"Regarde sous la fougère et tu trouveras ta voie" 

Proverbe Maori.

20190820_135316 copie.jpg

"Vajra"

La foudre symbolise de façon générale le pouvoir créateur et destructeur.